01/10/2011

Les Quinaults

Les Quinaults



Les Quinaults sont une population d'amérindiens de langue salish originaire de l'ouest de l'État de Washington.

La tribu vit non loin de l'océan Pacifique et dispose d’une réserve amérindienne au nord-ouest de la péninsule Olympique. La tribu emploie un langage de la famille des langues Salish.

La réserve amérindienne s’étend sur les comtés de Grays Harbor et de Jefferson. Elle couvre une superficie de 819,294 km2 pour 1 370 habitants (recensement de 2000). Cette réserve leur a été donnée suite à la signature d’un traité de paix en 1856. 70% de la population habite dans la localité de Taholah, à l’embouchure du fleuve Quinault.

Nation indienne de l’Etat de Washington :

De langue salish, les Quinaults sont liés aux Quileutes, aux Chinooks et aux Chehalis. Le territoire des Quinaults, largement ouvert sur l’Océan Pacifique, s’étendait autour de la péninsule d’Olympia. Les Quinaults vivaient dans les grandes maisons en bois de cèdre caractéristiques des Indiens du Nord-Ouest. Munis d’embarcations légères, ils pêchaient dans les rivières et dans les lacs et utilisaient de grandes pirogues creusées dans un tronc de cèdre pour la pêche en mer.

En juillet 1775, des Espagnols débarquent sur leurs côtes. Les Quinaults tentent de résister, mais les Espagnols parviennent à établir une mission. En 1855, ils signent avec les Etats-Unis le traité d’Olympia qui leur assure une réserve sur leur territoire. Les Quinaults sont l’une des rares tribus indiennes à avoir conservé ses terres ancestrales.

En 1922, la déforestation des terres quinaults commence, autorisée par le Bureau des Affaires Indiennes, provoquant une érosion dramatique des terres. Dans les années 1950-60, les Quinault sont victimes de la politique d’élimination des réserves indiennes et leurs terres situées en bordure des plages du Pacifique sont partagées en lots vendus par le gouvernement américain à des propriétaires privés.

En 1969, la nation quinault est rétablie dans ses droits de pêche et de ramassage des coquillages. Quarante kilomètres de plage et d’eaux côtières leur sont exclusivement réservés. Des difficultés de cohabitation s’installent entre les Quinault et les propriétaires non-Indiens installés sur leurs côtes. Tout en exploitant les ressources marines, les Quinaults entreprennent de restituer le milieu naturel dans son état originel. En 1974, les Quinaults reprennent le contrôle de leurs forêts. Grâce au financement d’agences gouvernementales pour la protection de la nature et de fonds privés, ils parviennent à restaurer leur patrimoine forestier qu’ils exploitent avec discernement.
Les Quinaults ont le monopole de la commercialisation des produits de la mer récoltés sur leurs côtes : huîtres, palourdes et divers coquillages, saumon fumé à la manière traditionnelle. Depuis le milieu des années 1970, ils ont développé la pisciculture. A la fin des années 1990, la Nation Quinault comptait environ deux mille cinq cent personnes.

394px-Edward_S__Curtis_Collection_People_075.jpg

 

18:01 Écrit par baton paroles dans général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.