18/12/2010

Les Shoshones

Les Shoshones


Les Shoshones sont une tribu d'Indiens d'Amérique, vivant sur le territoire des États-Unis actuels.

On les appelle aussi les Snake. Ils sont proches des Païutes, Comanches, et des Utes. Ils occupaient une grande région du Grand Bassin et des Grandes Plaines. Ils adoptèrent rapidement le cheval avec l'arrivée des premiers colons européens, mais entrèrent en conflit avec les tribus situées plus à l'est qui étaient en contact direct avec les colons européens.

Les représentants les plus connus de ce peuple furent Sacagawea, qui servit de guide à l'expédition des explorateurs Lewis et Clark, Washakie et Pocatello, qui donna son nom à une ville de l'état d'Idaho.

On divise les Shoshone en trois aires géographiques principales (nord, ouest, est). Ils se concentraient surtout à l'est de l'Idaho, dans le Wyoming, au nord-est de l'Utah, au nord du Colorado et dans le Montana. Des conflits les ont opposés aux Pieds-Noirs, Crows, Sioux, Cheyennes, et Arapahos. Ils durent se réfugier plus au sud et à l'ouest dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle. Le groupe de l'Idaho (les Tukuaduka), du nord-ouest de l'Utah, du Nevada et de la Californie est parfois appelé Panamint. Les groupes shoshones du nord et de l'ouest sont estimés à 4 500 personnes vers 1845.

Les Shoshones ont donné leur nom à une forêt nationale du Wyoming : forêt nationale de Shoshone.

Depuis 2000, le Trésor américain a lancé l'émission d'une nouvelle pièce de un dollar, le Golden Dollar, dont l'avers est orné par le portrait de Sacagawea. Comme il n'existe aucun portrait connu de cette Indienne, c'est un modèle shoshone, Randy'L He-dow Teton, qui a servi pour le dessin qui orne la face de la pièce.

En 2008, la nation Shoshone a acquis le site où a lieu le Massacre de Bear River.

Le massacre de Bear River



Le massacre de Bear River (également appelé bataille de Bear River ou massacre à Boa Ogoi) eut lieu le 29 janvier 1863. L’armée des États-Unis et les indiens Shoshone se confrontèrent au confluent de la Bear River et de Beaver creek (appelé maintenant Battle creek) près de Preston dans l’État de l’Idaho. Le détachement américain était conduit par le colonel Patrick Edward Connor comme une expédition punitive contre le chef indien Shoshone Bear Hunter. Parmi les grandes batailles et massacres de cette époque, Bear River est celui qui fit le plus grand nombre de victimes.
Les pionniers s’installèrent sur les territoires occupés par les Shoshone à partir de 1856. Bien que la plupart des colons, principalement Mormons, aient eu pour consigne d’établir de bonnes relations avec les indiens, les ressources naturelles et la nourriture profitaient surtout aux blancs. Petit à petit, les Shoshone finirent par manquer de nourriture et se virent contraints d’attaquer les colons. De l’or fut découvert dans les montagnes du Montana le 28 juillet 1862. Cette découverte ne fit qu’accroître la population des colons. Plusieurs incidents, alors jugés mineurs, se produisirent à l’automne de l’année 1862, et conduisirent à la confrontation entre Bear Hunter et le colonel Connor. Le fait qu’un jeune indien fut injustement pendu pour le vol d’un cheval (l’histoire a retenu le nom de cet indien comme étant Pugweenee), fils d’un chef Shoshone, suffit à mettre le feu au poudre. Deux jeunes hommes furent assassinés (les Merrill) en représailles alors qu’ils ramassaient du bois. Une escalade s’ensuivit. Lorsque quatre guerriers Shoshone furent fusillés et jetés dans la Bear River et plusieurs mineurs tués en représailles par les indiens, le colonel Connor obtint la permission de préparer une expédition en territoire Shoshone en janvier 1863.

Le 22 janvier 1863, deux groupes quittèrent Fort Douglas, le premier était constitué de 80 hommes menés par le capitaine Samuel W Hoyt et le second de 220 hommes ne partit que le 25 janvier. Il faisait –30° C, le matin du 29 janvier 1863 quand les deux groupes réunis se préparèrent à l’attaque. Les Shoshone s’attendaient à une attaque et s’y étaient préparés, mais leur armement n’était constitué que des quelques armes qu’ils avaient ramassées au cours de leurs propres expéditions.

A cause du froid, il fallut un certain temps pour que Connor organise ses troupes en ligne de bataille à 6h ce matin-là. Connor attaqua les positions Shoshone de manière frontale, mais fut débordé par les tirs défensifs des indiens. C’est lors de cette attaque que l’armée américaine perdit le plus de soldats. Il ordonna alors des attaques par leurs arrières et sur leurs flancs. Après deux heures d’assauts, les Shoshones n’avaient plus de munitions.

Les Shoshone furent alors contraints à des mesures désespérées pour se défendre, utilisant leurs vieux tomahawks ou leurs arcs. Les soldats de l’armée américaine massacrèrent tous les hommes et violèrent puis tuèrent les femmes et tuèrent leurs enfants. Certains témoins ont rapporté que les hommes avaient perdu tout sens de la discipline, pour le moins, et tout contrôle d’eux-mêmes, certains ayant tué des enfants en les tenant par les pieds pour leur fracasser le crâne sur toute surface solide qu’ils trouvaient.
Le campement fut entièrement brûlé. Bear Hunter fut tué. Quelques indiens purent fuir le massacre cependant, incluant le chef Sagwitch qui put se cacher dans une source d’eau chaude jusqu’à la nuit. Son fils, qui avait reçu sept balles fut sauvé et soigné. Les soldats perdirent 27 hommes, dont 5 officiers. Les Shoshone perdirent entre 200 et 400 des leurs, dont 90 femmes et enfants. L’armée déclara officiellement 272 morts. Le colonel Connor fut traité en héros et promu au rang de Brigadier général, puis de Major général.

800px-Shoshoni_tipis.jpg

dyn003_original_490_378_gif_2656757_5f99664c8311c8c19f97113a3e4267c4-shoshone.jpg

1222077658_small-shoshone.jpg

Rabbit-Tail.jpg

 

 

19:24 Écrit par baton paroles dans général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.