14/10/2010

Les Béothuks

Les Béothuks

 

Les Béothuks ([be.o.tuk], parfois orthographié Béothucks) étaient les habitants autochtones de Terre-Neuve au Canada, lors du contact européen au XVe siècle. Le peuple a été officiellement déclaré éteint en tant que groupe ethnique distinct en 1829 avec le décès de Shanawdithit, la dernière survivante répertoriée.

Histoire :
Les premiers signes de présence humaine sur l’île de Terre-Neuve datent d’environ 8 000 ans et relèvent de la civilisation "archaïque maritime”, culture de pêcheurs et de chasseurs d’animaux marins. On note le développement du travail du bois, tumulus-tombeaux et usage abondant de l’ocre rouge, sur les côtes de Terre-Neuve. Cette civilisation se serait éteinte il y a 4 000 ans, probablement à la suite de la submersion du plateau continental.

Vers -850, arrivent les paléo-inuits qui occupent l’île durant environ 700 ans. D'origine asiatique (Sibérie), ces Inuits ont émigré il y a plusieurs milliers d'années en traversant le détroit de Béring et s'établissent en Amérique du Nord. Ils sont supplantés par les représentants de la culture Dorsets et simultanément par ceux de la culture « Recent Indian », ancêtres possibles des Béothuks. Le mot « Béothuk » signifie peuple dans la langue béothuque. Ces deux nations occupent l’île pendant le millénaire suivant.

Les côtes méridionales furent probablement explorées pour la première fois vers la fin du Xe siècle par Leif Erikson, fils d'Érik le Rouge, un Viking originaire d'Islande. Des colonies vikings s'installèrent sur la côte est du Groenland sous son règne. Toutefois, au début du XVe siècle, les colonies vikings au Groenland disparurent à la suite, entre autres, d'un refroidissement climatique. Avant de disparaître, ces Vikings du Groenland avaient tenté une colonisation de l’île de Terre-Neuve, comme le prouvent des vestiges retrouvés à l'Anse aux Meadows. Cette colonisation finit par échouer, les sagas scandinaves relatant des dissensions entre les colonisateurs ainsi que des conflits avec les autochtones skrælings (Béothuks ? Dorsets ?). Selon les récits scandinaves, les dernières expéditions vers le Vinland (désignation scandinave de Terre-Neuve) auront lieu au XIIe siècle.

Selon un mémoire de 1710 des archives de St. Jean de Luz, les Basques découvrent Terre-Neuve en 1392, vraisemblablement à la poursuite de la morue. Par la suite, une expédition revient dans la région en 1497 lorsque John Cabot explore la région pour le compte de l’Angleterre et découvre à son tour les Grands Bancs de morue de Terre-Neuve. Des Européens commencent à s'installer en 1505 alors que les Béothuks comptent à cette époque entre 1 000 et 5 000 individus.

En 1501, Gaspar Corte-Real explore la côte est de l’Amérique du Nord pour le compte du Portugal. Il capture 50 autochtones du Labrador ou de Terre-Neuve pour les ramener au Portugal, pays alors esclavagiste.

En 1502, des pêcheurs anglais commencent à fréquenter les Grands Bancs de Terre-Neuve, suivis par les Normands en 1506, les Bretons en 1510, puis des vaisseaux de nations ayant une façade sur l’Atlantique.

Les Béothuks passaient leurs étés à pêcher le long de la côte et leurs hivers à la chasse à l'intérieur des terres. En automne, ils installaient des barrières pour diriger les caribous en migration vers les chasseurs qui les attendaient. Ils conservaient toute la nourriture en surplus pour l'hiver.

Contrairement à d'autres groupes autochtones, les Béothuks essayèrent d'éviter tout contact avec les colonisateurs, surtout les Britanniques qui les ont repoussés vers l'intérieur quand le peuplement s'intensifia. En raison de la perte de leurs terres, des escarmouches et des maladies venues d'Europe, la tuberculose notamment, leur nombre diminua à 400 en 1768 et en 1829 ils étaient éteints.

On connaît deux histoires célèbres de Béothuks capturés par les Britanniques sur l'île de Terre-Neuve.

Selon le documentaire scientifique «L'enlèvement de Mary, la fin des Peaux-Rouges», en 1819, Demasduit (appelée par la suite Mary March (car capturée en mars), a été enlevée par des Britanniques, dont John Peyton, son père et une bande de pêcheur (en tuant son mari le chef des Béothuks et leur poupon qui est mort de faim) et amenée à Saint-Jean Terre-Neuve. Le gouverneur de la colonie avait espoir qu'elle puisse devenir interprète et intermédiaire entre les colons britanniques et les Béothuks. Elle est morte de la tuberculose et par la suite, déposée dans un cercueil près de son mari et de leur bébé au Lac Indien Rouge. La nièce de Demasduit, une adolescente appelée Shanawdithit, est la dernière Béothuque connue. Elle a été capturée en 1823 et était appelée « Nancy » par les colons britanniques. Elle a passé les six dernières années de sa vie à décrire la culture et la langue béothuque à l'explorateur écossais William Cormack. Elle lui a révélée comment fut assassiné le chef et un chasseur de la tribu. Son décès est également attribuable à la tuberculose. Après son étude sur ce peuple et de sa fin tragique, William Cormack amena les crânes du chef et de son épouse Demasduit en Écosse, où ils sont toujours exposés dans un musée.

En 1929, une vieille femme autochtone de 75 ans appelée Santu, fille d'une mère micmaque et d'un père béothuk, a chanté une chanson en langue béothuque. Cette chanson a été diffusée par la radio canadienne CBC le 13 septembre 2000.

Les Béothuks logeaient dans des tentes couvertes de peaux ou d'écorces pendant l'été et dans des maisons semi-souterraines en hiver. Leurs canots d'écorce, à proue et poupes relevées, pouvaient tenir la mer. Os sculptés, colliers en bois de cervidés et en ivoire, ornés de gravure aux dessins complexes sont les artefacts qui les distinguent le plus. Ils utilisaient abondamment la poudre d'hématite, ou ocre rouge, avec laquelle ils peignaient leurs canots.
 

fn1p24n-beotuk.jpg

PHOTO9-beotuk.jpg

Beothuk_camp.jpg

IndiensQuebec-beotuk.jpg

461px-Demasduit-beotuk.jpg

 

 

18:54 Écrit par baton paroles dans général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.